Dark Tourism : cette nouvelle tendance de voyage qui dérange

Suite au grand boom de la nouvelle série documentaire “Dark Tourist” actuellement diffusée sur Netflix… on ne pouvait passer à côté de cette tendance qui émerge et qui, pour certains, dérange.

 

Qu’est-ce que le Dark Tourism ?

Le “Dark Tourism” que l’on traduit en français par “Tourisme noir” ou “Tourisme macabre” est une forme de tourisme organisé autour d’activités et de lieux liés aux catastrophes, à la souffrance et à la mort. Ce type de voyage est en plein boom cette année : d’Auschwitz à Medellin, les voyageurs parcourent des milliers de kilomètres pour partir à la découverte de évènements qui ont marqué l’histoire. Certains voyageurs diront qu’il s’agit d’un pèlerinage, on parle également de devoir de mémoire, pour d’autres cette tendance dérange.

 

Dark Tourism : les activités phares de cette tendance

Tchernobyl

Il est possible d’effectuer une visite guidée de la zone classée “sûre” de Tchernobyl. Oui, après tout les radiations n’ont jamais traversé la frontière française. Plus de 10 000 personnes viennent chaque année profiter de cette attraction, qui reste aujourd’hui une des plus grosses catastrophes nucléaires.

Dark Tourism

Dark Tourism

Dark Tourism

 

Medellin

Partez sur la route de Pablo Escobar, célèbre narcotrafiquant. Au programme, visite guidée du bâtiment Monaco, de la maison où Escobar a été tué et de sa dernière demeure. Et si, vous avez un peu de chance, vous croiserez peut-être “Popeye” son célèbre homme de main qui habite toujours à Medellin.

Dark Tourism

 

Katrina

Un petit “Katrina Tour” ? Cette visite se déroule dans les quartiers sinistrés de la Nouvelle-Orléans et notamment à “Ninth Ward”, zone la plus touchée.

Dark Tourism

Dark Tourism

Dark Tourism

 

Aokigahara

Appelé également “forêt du suicide”, Aokigahara est une forêt tristement célèbre au Japon. Des randonnées sont organisées pour découvrir ce lieu, choisi par les Japonais pour se donner la mort. Un conseil, prenez un guide avec vous : il n’y a aucun réseau sur place.

 

Et vous, êtes-vous adepte du “Dark Tourism” ? On attend vos retours d’expériences !